mercredi 11 février 2015

Hôpital :) -2-





















Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires:

  1. Quand je me suis faite opérer des yeux, c'était pareil. Super à cran, super expéditifs... Y'a même une infirmière qui a dit en rentrant dans la salle d'attente de salle d'attente (oui c'était blindé, y'avait au moins 100 personnes dans une grande pièce qui attendaient d'avoir le droit d'aller dans la vraie salle d'attente!) "aller, je rentre dans la fausse aux ours". Sympa m'dame.

    Pour le coup j'ai pas apprécié. Après, j'ai constaté la source du problème. Énormément de gens viennent faire CHIER les infirmier(e)s, et les docteurs. Y'en avait beaucoup qui parlaient fort, qui ne comprenaient rien (à la langue surtout XD mais ça on y peut rien). Ma doc était un peu pareil, j'avais pas trop le droit de poser des questions, elle avait plein de gens à voir après moi, c'était trop tôt pour qu'elle y réponde, même si je ne le savais pas. Du coup je l'ai trouvée un peu dure, mais avec du recul j'ai compris que tous les jours on l'emmerde avec les mêmes questions qui ne servent à rien, et souvent elle ne reçoit ni bonjour, ni merci. Quand je lui ai apporté des gâteaux pour la remercier de mon opération à la toute fin de mon parcours, elle ne savait plus quoi dire. Elle était toute émue, et est devenue adorable et plus naturelle. J'ai découvert ce jour-là que personne ne disait jamais merci à ces gens, qui parfois nous rendent jusqu'à nos yeux... Je peux comprendre qu'ils en aient ras-le-bol.

    Pareil, le jour de l'opération, j'étais un étage au dessus, là où c'était plus calme. C'était plein de cassos quand même, mais y'en avait moins. A la fin de la journée, j'étais la dernière (c'était en ambulatoire), et comme j'ai blagué et aidé le personnel au maximum, ils ont été adorables avec moi. Un peu comme si ça leur procurait un peur d'air, du style: mon dieu, une jeune femme qui fait pas chier et qui est polie. Du coup comme j'y voyais rien ils sont venus me beurrer gentiment mes tartines et tout. Bref ils étaient adorables mais il leur a fallu un peu de temps pour voir que j'étais pas une reloue comme 99% du temps :(

    Ma mère qui bosse avec les petits bébés se tape des parents insupportables, sans arrêt. Qui les empêchent de travailler, qui ramènent leur famille en dehors des heures de visites, qui demandent à dormir dans le service, bref, des emmerdeurs. Alors oui, c'est leur "Divin enfant" mais c'est pas une raison pour se donner tous les privilèges (ils continuent après avec la poussette dans le métro ceux-là XD)

    Bref les hôpitaux c'est nul pour l'ambiance mais faut voir les cassos... Après j'ai vu ça en hôpitaux publics surtout. C'est agréable pour personne, la tension monte parce qu'au départ les clients sont souvent relous pour rien. Du coup quand t'es vraiment malade le personnel est pas forcément différent tellement ils ont besoin d'être sur la défensive tout le temps. T_T Tristesse.

    RépondreSupprimer
  2. A mais ils ont été très bien, juste 0 information. C'est dommage. Et je sais bien qu'ils ont un métier difficile, particulièrement les infirmières que je respecte infiniment. C'est juste 4 jours d'hospitalisation avant de savoir vraiment ce qu'il avait, vers quoi on allait, si il y avait opération... du coup tu finis sur internet. Pareil pour sa sortie. Allez salut bisous! et rien, j'ai du chercher moi même une brochure en PDF sur internet provenant de l'hôpital d'Antony pour savoir ce que l'on pouvait faire et quoi éviter pendant son mois d'arrêt... encore une fois, les services est top quali tout ça, mais on a pas la moindres idée de ce qui se passe. Dans une moindre mesure aussi, quand c'est pas toi qui est à l'hôpital c'est pas très très pratique pour s'organiser...
    et rien a voir j'adore ton commentaire, surtout sa longueur huhu ^^

    RépondreSupprimer